Joséphine Draï, une artiste réjouissante !

Comédienne, humoriste, chanteuse, chroniqueuse radio ou encore parolière, voilà différents costumes que porte la talentueuse Joséphine Draï. À l'aise face à la caméra, élégante sur les planches de théâtre et naturel derrière un micro de radio, elle maîtrise parfaitement le mélange du rire et de la mélancolie pour le plus grand plaisir de ses admirateurs. Rencontre avec Joséphine Draï, une artiste réjouissante !


© François Berthier

« Récemment, c'est dans la série « Plan cœur » sur Netflix que l'on vous a retrouvé aux côtés de Zita Hanrot et Sabrina Ouazani. Pour ceux qui n'auraient pas répondu présent à la première saison, pouvez-vous nous parler de cette série ainsi que de votre rôle ?

Je joue le rôle d'une jeune femme enceinte assez nerveuse et assez ambitieuse qui ne veut pas faire trop de concession dans sa vie. Elle va se retrouver dans un déni de grossesse où elle ne veut pas du tout accepter son état. Cela provoque donc pas mal de problème dans sa vie de couple. Dans la série, elle se retrouve embarquée dans un mensonge à devoir couvrir les phases de sa meilleure amie pour protéger leur troisième amie qui est en dépression depuis sa séparation. On va essayer de lui redonner le sourire et on a eu la mauvaise idée de payer un garçon pour la séduire.


Le tournage de la saison 2 est terminée. Avez-vous une idée de la date de diffusion ?

On a fini le tournage de la saison 2 le mois dernier. Il y a des chances pour qu'elle soit diffusée début décembre comme l'année dernière.


© Netflix

Vous êtes également humoriste. Dans vos spectacles, vous arrivez à faire le mélange entre l'humour et des chansons mélancoliques. Vous avez cette envie de vous imposer dans différents domaines ?

C'est difficile de s'imposer dans différents domaines même si j'aimerai bien privilégier quelque chose de plus dramatique. D'ailleurs, dans la série « Plan cœur », il y a pas mal de dimensions émotionnelles à certains moments. Dans mes spectacles, j'aime bien donner une sorte de relief avec une humeur un peu hybride. Quand je termine une chanson mélancolique, les lumières se rallument et je repars sur une énorme blague. Cela peut parfois déstabiliser le spectateur qui se demande s'il doit rire ou non. J'ai toujours assumé ces deux couleurs. Ce double jeu m'intéresse beaucoup.


En parlant de chanson, vous avez écrit des textes pour Elodie Frégé ou encore Sheryfa Luna. Qu'est-ce qui vous plaisait dans le costume de parolière ?

J'aimais bien me mettre au service de l'univers de la personne. Souvent, je rencontrais l'artiste et elle me racontait ce qu'elle avait envie de dire. C'est comme si je me mettais dans leur peau.



Humoriste, comédienne, parolière mais aussi chroniqueuse radio. Pendant des années, vous avez tenu des chroniques régulières sur les ondes de France Inter. Quel était votre manière d'écrire vos chroniques ?

En tout, j'ai fais cinq ans chez France Inter avec parfois des pauses pour des tournages. Je faisais des chroniques par rapport à l'invité et son actu. C'était vraiment centré sur la personne que l'on recevait. Étant quelqu'un d'assez stressé et angoissé, j'ai l'habitude de toujours préparer la chronique le plus en avance possible pour avoir l'esprit tranquille. Il me faut toujours un fil conducteur, une idée forte pour pouvoir ensuite la développer. Je fais une première version et l'envoie à mon co-auteur car je n'ai jamais travaillé seule. C'est une sorte de ping-pong, c'est-à-dire qu'il prend la journée pour repasser dessus et proposer des pistes. La veille, j'envoie ensuite une version au rédacteur en chef pour me dire si c'est trop long ou non.

© Lou Sarda

Avez-vous d'autres projets pour les mois à venir ?

Je vais faire une petite apparition dans la série « Validée » de Franck Gastambide. J'ai un film qui sort au mois d'août pour Netflix qui s'appelle « La grande classe » avec Jérôme Niel, Ludovik et Caroline Anglade. Ce sera une grosse comédie sur une réunion d'anciens élèves qui partent en vrille. J'ai aussi écrit un nouveau spectacle où nous serons deux sur scène avec mon meilleur ami qui est également mon metteur en scène. C'est un spectacle que j'espère commencer à répéter à la rentrée.


Que peut-on vous souhaiter pour le futur ?

Que mes projets d'écritures prennent vie. »

© 2018 par Samuel Massilia.