Kevin Dias, la comédie depuis tout petit !

C'est très jeune qu'il démarre sa carrière artistique, du cinéma avec Amélie Poulain en passant par la télévision avec Clem, Kevin Dias est un homme heureux sur les plateaux de tournage. Récemment découvert dans la série Sam sur TF1, ce jeune comédien est aussi un amoureux des voyages humanitaires comme il a pu le faire en Afrique il y a deux ans. Rencontre avec Kevin Dias, la comédie depuis tout petit !


« On t'a retrouvé dans la quatrième saison de la série Sam sur TF1 dans lequel tu as campé le personnage d’Alex. Comment le décrirais-tu ?

C’est le fils aîné de Sam. Il a sa copine avec laquelle il a eu un bébé donc nouvelle grosse responsabilité pour lui. Dans le caractère, il ressemble un peu à sa mère mais il essaie de la calmer et la rassurer après les dérapages qu’elle peut faire. Dans la saison 3, Alex part vivre à Bordeaux, c’est pour ça que l’on ne l’a pas beaucoup vu dans la dernière saison. Je suis quand même revenu pour rencontrer le nouveau copain de ma mère. C’est un personnage qui se soucie beaucoup de sa famille malgré que sa vie de couple n’aille pas très bien non plus. On va beaucoup plus développer cela dans la saison 5. J’ai déjà lu les quatre premiers épisodes et la bonne nouvelle pour moi c’est que je serai beaucoup plus présent dans cette prochaine saison.


Comment as-tu rejoint cette série diffusée depuis quatre ans maintenant sur TF1 ?

J’ai passé un casting, par mon agent. À cette époque, j’étais en école de théâtre aux Ateliers du Sudden et le casting s'est super bien passé. On en passe beaucoup quand on est comédien et souvent ça ne se joue à rien. Donc quand ça marche vraiment t’es hyper content et l’aventure était lancée.

Tu as connu dans un premier temps Mathilde Seigner dans le rôle de Sam et puis ensuite Natacha Lindinger qui a repris le premier rôle.

Mathilde est une femme géniale, adorable et très drôle. J’ai beaucoup appris avec elle dans la saison 1 où on avait pas mal de scènes tous les deux. On se donnait vraiment à fond, notamment dans les scènes d’engueulades, et on a adoré jouer ensemble. Malheureusement elle n’a pas pu continuer pour des raisons personnelles et professionnelles. J’ai appris à connaître Natacha qui est une grande actrice. Je trouve qu’elle a merveilleusement bien repris le rôle de Sam, elle est hyper investie et la relation sur le plateau de tournage se passe super bien.


Tu as tourné dans Joséphine, ange gardien ou encore dans Clem. Peux-tu nous parler de ton parcours de comédien ?

J’ai commencé avec de la publicité quand j’avais quatre, cinq ans. Ensuite, j’ai eu un rôle principal dans une mini-série en Corse de trois épisodes de 90 minutes qui s’appelait « Les Déracinés ». C’était ma première grosse expérience. J’étais en CM1 et il y avait trois mois de tournage. Il fallait être très bon à l’école car la DAS surveille beaucoup ça. Si tu n’as pas de bonnes notes, tu ne peux pas aller tourner. J’avais des cours à distance et des contrôles sur les lieux de tournage. Après, j’ai aussi eu un rôle dans Amélie Poulain où je jouais Dominique Bretodeau enfant en noir et blanc quand il se fait tirer les oreilles. C’était un gros début dans le milieu. J’ai vraiment grandi sur les plateaux de tournage, j’y ai pris goût très tôt. Aujourd’hui encore, l’endroit où je suis le plus heureux au monde c’est sur un plateau.

© Lisa Lesourd

On peut voir sur ton compte Instagram que tu voyages beaucoup et tu as notamment fait un déplacement humanitaire en Afrique en 2018.

C’est vrai que je suis un peu baroudeur. Je trouve que c’est hyper important de voyager pour découvrir d’autres cultures. Le voyage humanitaire je tenais à le faire depuis des années. Je suis donc parti avec mon meilleur ami grâce à l’association Go To Togo et l’ONG « La Mission des Jeunes » dans un petit village du Togo, sans électricité, sans eau. On donnait entre autres des cours aux enfants dans un collège. On y est resté trois semaines, tu t’attaches tellement aux enfants c’est dur de repartir. Tu viens dans l’idée de leur apprendre quelques trucs ou leur donner des choses mais c’est toi qui prends une leçon de vie comme jamais. À Paris on a tout ce qu’il faut et on se plaint, là-bas ils n’ont rien mais ils ont une joie de vivre au quotidien qui est impressionnante. C’était une grosse expérience et j’ai très envie de refaire un voyage humanitaire comme celui-là.


As-tu d’autres projets pour 2020 ?

Il y aura le tournage de la saison 5 de Sam à partir du mois d’avril. Sinon, l’année dernière j’ai joué dans le court-métrage « Tempus Fugit » pour Canal + qui est encore inscrit dans des festivals notamment à celui de Gérardmer en ce moment. Après, 2019 a été une grosse année pour moi dans le sens où je suis devenu papa donc ça a été plus calme au niveau des projets.


Que peut-on te souhaiter pour le futur ?

Qu’on me voit plus au cinéma et pourquoi pas avoir une carrière à l’international (rires). »

© 2018 par Samuel Massilia.