Sabry Jarod, de la caserne au cinéma !

Mis à jour : févr. 29

Pompier dans la vie et acteur en devenir, Sabry Jarod veut réaliser son plus grand rêve : tourner avec Jean Reno. Il commence dans le cinéma avec Alexandre Laugier dans le film « Amour-Eux » avant de créer sa propre série « Brain » avec Moussa Maaskri. En attendant de le découvrir sur le grand écran, il a écrit un court-métrage intitulé « La larme d'un pompier » . Rencontre avec Sabry Jarod, de la caserne au cinéma !

« Vous êtes un pompier volontaire et comédien également. Pourquoi se rajouter une vie d'acteur en plus ?

Chez les pompiers, je travaille à mon rythme avec les horaires de mon choix, c'est l'avantage. Le métier d'acteur me passionne depuis tout petit, mais avant de faire le grand pas, j'ai préféré beaucoup apprendre pour faire un travail propre. Maintenant, je me sens bien pour franchir le cap. C'est pour ça que j'ai décidé de commencer à faire des projets même si j'ai déjà fait pas mal de théâtre.

Vous sortez d'une école d'acteur ?

Non, j'ai fait beaucoup de théâtre. Mais je vais en rejoindre une cette année, « La Fabrique de l'Acteur » à Marseille. J'ai passé les auditions, j'ai été accepté et je commence en octobre. Sinon, j'ai eu le droit à des conseils par Olivier Carbone, directeur de casting très proche de Leonardo Di Caprio et de Quentin Tarantino. Il m'a appris au moins deux voir trois années d'école. Un grand merci à lui pour son aide.


Pour votre premier rôle dans le film « Amour-Eux » d'Alexandre Laugier, vous êtes aux côtés de Jessica Errero et Thibaud Vaneck. C'est pas mal pour démarrer dans le cinéma ?

C'est un bon début. D'ailleurs, quand on a tourné ce film, je me suis vraiment régalé. J'ai hâte de voir le résultat de ce très beau projet. Avec Thibaud, on a bien parlé. Jessica est devenue une amie. On s'appelle pratiquement tout le temps. Pour mon rôle, j'arrivais à prendre une émotion. Dans mon métier de pompier, j'ai connu toutes les situations possibles. Ça m'a aidé pour tourner.

Sabry Jarod sur le tournage du film Amour-Eux


Comment vous êtes vous rencontré avec Alexandre Laugier ?

J'avais écrit un scénario « La larme d'un pompier » et j'avais en vue plusieurs réalisateurs. Certains m'ont proposé de travailler avec eux, mais, moi je voulais vraiment faire ce court-métrage avec une bonne personne car ce projet me tenait à cœur. J'ai choisi Alexandre, c'est un passionné, il est jeune comme moi et surtout, tout ce que l'on m'a dit sur lui s'est révélé être vrai. Il a le cœur sur la main. J'ai donc décidé de le contacter et on s'est donné rendez-vous à Plan-de-Campagne. Je lui ai parlé du projet et il a de suite accroché. À partir de là, on est devenu très amis et j'ai joué dans son dernier film.

Sabry Jarod, Alexandre Laugier et Jessica Errero

Vous êtes le créateur de la nouvelle série Brain avec Moussa Maaskri et Zine Darar. Comment s'est passé le pilote ?

Concernant le pilote, on va faire une diffusion au cinéma CGR de Vitrolles. On va inviter les acteurs, l'équipe du film, des producteurs et les médias. L'objectif est de trouver un producteur pour financer le reste de la série.

Bande-annonce de la série Brain


Comment avez-vous convaincu Moussa Maaskri de venir participer à ce projet ?

La première fois que je l'ai contacté, c'était pour « La larme d'un pompier ». Je lui ai envoyé un message sur les réseaux sociaux. Dans ma tête, je me suis dit qu'il n'allait pas me répondre et qu'il avait mieux à faire. Une ou deux heures après, il m'a répondu. Il était intéressé et m'a donné son numéro. On s'est contacté et je me suis dit que ce mec est vraiment au top. Il a tourné avec les plus grands et il prend de son temps pour participer à d'autres projets comme le mien.

Vous avez écrit un court-métrage intitulé « La larme d'un pompier», que voulez-vous pointer du doigt ?

On a de plus en plus de problèmes avec des jeunes issus des quartiers populaires. Quand on intervient, que ce soit pour un feu de poubelle, on se fait caillasser. C'est de plus en plus grave et c'est aussi pour ça que j'ai envie faire ce projet pour rapprocher ces jeunes vers les pompiers. Le but est de les faire travailler ensemble sur ce court-métrage.


Une envie de faire une longue carrière ou ça restera un loisir ?

J'ai envie de faire une longue carrière. C'est plus qu'un rêve de gosse. Aujourd'hui, là où j'en suis, c'est déjà pour moi au-delà de ce que je pouvais imaginer.

Votre rêve le plus grand serait de tourner avec quel acteur ?

Mon rêve serait de tourner avec Jean Reno. C'est pour moi l'un des meilleurs acteurs du cinéma français. Et j'aimerais beaucoup jouer pour Luc Besson.


Que peut-on vous souhaiter pour le futur ?

J'ai écrit une web-série qu'on doit normalement tourner en 2019. Alexandre sera le réalisateur, on est devenu un binôme. Ce sera une série comique avec des bons acteurs. J'ai également tourné dans deux courts-métrages et une nouvelle série électrochoc qui va très prochainement sortir. J'espère que tout se réalisera et que ça fonctionnera bien.


Merci à Sabry Jarod pour son amabilité et ses premiers souvenirs de tournage

© 2018 par Samuel Massilia.