top of page

Thaïs Lona : "J'ai la possibilité de créer des souvenirs."

Elle fait partie des étoiles montantes soul-rap-R'n'B. Thaïs Lona nous invite, avec son nouveau titre Dreams, à partir en vacances et à rêver sans retenue. Artiste authentique repérée par Ibrahim Maalouf en 2019, Thaïs envoûte par ses performances énergétiques. Du chant au piano, en passant par le saxophone et la harpe, Thaïs Lona démontre très vite des capacités exceptionnelles dans une grande variété de disciplines, et ce dès son plus jeune âge. Dotée d'une grande musicalité et d'une très belle sensibilité, Thaïs est tout autant à l'aise au chant qu'au rap et se balade entre douceur et énergie communicative. Rencontre.



« Thaïs, ton nouveau single Dreams est disponible sur toutes les plateformes de streaming. Comment le présenterais-tu ?

Ce titre est plutôt léger, certainement parce que j’en avais besoin et puis parce qu’il faisait un peu trop gris dernièrement. Ça fait toujours du bien d’écouter des titres qui nous emmènent ailleurs, loin des rhumes qu’on a encore en juin (rires).


Sur la vidéo Lyrics, disponible sur ta chaîne Youtube, on te voit, ballon en main, t’élever dans les nuages. Pourquoi cette illustration ?

Il y a toutes les couleurs que j’aime tant voir depuis mon premier album, Cube. J’ai toujours une couleur associée à un jour de la semaine, à des personnes ou à n’importe quel son que je fais. J’aimais cette image des ballons, comme dans le film Là-haut, qui nous élève et montre que tout est possible. Cela permet aussi de prendre du recul, de la hauteur sur ce qu’on vit et d’être capable de voir les choses les plus simples avec beaucoup de valeurs, de précieux.



Les jours d’été te ramènent à des souvenirs précis ?

C’est ce qui me manque ! Et c’est pour ça que ce titre existe (rires). Je n’ai pas eu beaucoup de vacances dans ma vie, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de partir. Je le dis en anglais dans la chanson, « on veut juste changer de vue », prêter à nos yeux des angles de vue différents. Donc non, je n’ai pas de souvenirs, mais j’ai la possibilité d’en créer, probablement. Cette chanson est la promesse de ça.


Parmi tes prochains projets, un nouvel album devrait voir le jour cette année…

Oui, je vais d’ailleurs présenter mes titres chacun à leur tour. Cet album, ça va être un peu le même délire que ces films d’aventures des années 90 où un nouveau monde est là quand tu arrives, avec des pirates, puis des sirènes, puis des Indiens. Aucun de mes titres ne se ressemblera, pourtant ils partageront la même identité. On passera d’un son solaire à un morceau rock, puis un autre latin. Il va falloir aimer le voyage (rires).


Quelle place occupait la musique dans ton enfance, ton adolescence ?

C’était toute ma vie. Quand on est petit, c’est toujours un événement spécial d’aller chez quelqu’un d’autre. Ma mère m’emmenait chez ses amis et la première chose que je cherchais dans l’appartement, c'étaient les instruments de musique et le système son. Pour moi, c’était inenvisageable que les gens puissent vivre sans musique ! S’il y en avait, on ne me voyait pas de la journée. J’ai grandi avec de la musique autour de moi tout le temps. À Noël, on danse non-stop sur de la musique latine et africaine.


En plus de la musique, tu es comédienne pour le site de Disneyland Paris…

Ça fait un moment que j’étudie le théâtre à côté de la musique. J’ai toujours adoré les deux filières. J’ai passé une audition pour Disneyland et j’ai eu la chance d’être prise du premier coup pour un rôle. On peut avoir plein d’opportunités dans ce pays merveilleux. Je n’ai pas le droit de dire pour quel spectacle je travaille, mais je peux te dire que j’accompagne l’héroïne Gamora dans Les gardiens de la galaxie à l'Avengers Campus de Disneyland Paris.


Pour conclure cet entretien, aurais-tu une citation fétiche à me délivrer ?

« La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien » de Descartes. Elle incite à être curieux et à s’intéresser aux autres. »

Komentarai


bottom of page