Yohan Manca, la jeunesse en étendard !

Jeune comédien au talent indéniable, Yohan Manca démarre au cinéma dans le premier long-métrage de Sarah Hirtt « Escapada » en mai dernier. Mais c'est au théâtre qu'il fait ses premiers pas avec l'auteur et metteur en scène Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre avec lequel il fera trois spectacles. À la rentrée, c'est dans la peau de Patrick Abitbol qu'on le retrouvera dans « La vérité si je mens ! Les débuts ». Un rôle perfectionné avec les précieux conseils de Gilbert Melki, présent dans ce quatrième volet. Rencontre avec Yohan Manca, la jeunesse en étendard !

© James Weston

« En mai dernier, c'est dans le film « Escapada » de Sarah Hirtt que tu as partagé l'affiche aux côtés de François Neycken, Raphaëlle Corbisier et María León. Pour ceux qui n'auraient pas vu ce long-métrage, peux-tu raconter le synopsis ?

C'est un film qui parle du mouvement Okupa. Un mouvement de gens qui squattent des lieux en Espagne sans en avoir la permission. Ils se battent par exemple pour le droit au logement pour tous. L'histoire est centrée sur deux frères dont un qui fait partie de ce mouvement et que j'incarne. Son frère, François, a récupéré la société de transports de son père et il y aura une confrontation entre les deux frangins qui ont des idéos différentes. Ils se réconcilieront grâce à leur sœur.


Ce film est l'un de tes tout premiers rôles principaux au cinéma. Quel est ton parcours dans le septième art ?

Dans le cinéma, je n'ai pas un long parcours. J'ai commencé dans le théâtre avec l'auteur et metteur en scène Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre avec qui j'ai beaucoup travaillé. Nous avons fait trois spectacles ensemble et aujourd'hui j'adapte en tant que réalisateur une de ses pièces en long-métrage. J'ai un parcours un peu particulier.



Le 16 octobre sortira en salles le film « La vérité si je mens ! Les débuts » dans lequel tu incarnes le rôle de Patrick Abitbol. Comment as-tu travaillé ce personnage joué dans la trilogie par Gilbert Melki ?

C'était une aventure géniale et irrefusable car j'ai grandi avec ces films. Je viens d'une classe plutôt populaire et c'était des films que l'on regardait sur TF1 le dimanche soir. J'ai eu l'impression de faire le biopic de Patrick Abitbol en travaillant sur la jeunesse de ce personnage-là qui a été follement écrit par Gilbert Melki. Il m'a d'ailleurs vachement aidé pour la construction du personnage car il est très caricatural. Il m'a fait écouter des musiques qui l'avaient inspiré et m'a donné des petits secrets abitboliens. Pour avoir vu le film, il est très drôle et a un gros capital sympathique. On ne peut pas ne pas aimer ce film.


« La vérité si je mens ! Les débuts » en salles le 16 octobre !

As-tu d'autres projets pour la rentrée ?

Je suis en train de terminer la réalisation de mon troisième court-métrage qui s'appelle « Red Star » avec Abel Jafri que l'on a pu voir dans le film « Timbuktu » et Judith Chemla avec qui j'ai travaillé sur le court-métrage « Hédi & Sarah ». Il y aura également une rentrée chargée avec la promo du film « La vérité si je mens ! Les débuts » avec des dates de tournées à travers toute la France.


Que peut-on te souhaiter pour le futur ?

Que tous mes projets se concrétisent et que la vie soit belle. »

© 2018 par Samuel Massilia.