Redouane Bougheraba, un Marseillais dans la capitale !

Il a grandi dans le quartier du Panier à Marseille, Redouane Bougheraba est un humoriste ambitieux. Alors qu'il décide de partir dans la capitale pour lancer sa carrière, il se retrouve au cinéma avec Grand Corps Malade dans « Patients » et « Taxi 5 » de son ami Franck Gastambide. En pleine préparation d'une nouvelle tournée en France pour son spectacle « Redouane s'éparpille », il se teste sur les planches américaines et britanniques. Rencontre avec Redouane Bougheraba, un Marseillais dans la capitale !

« Vous êtes natif de la cité phocéenne, dans quel quartier de Marseille avez-vous grandi et étudié ?

J'ai grandi dans le quartier du Panier, vers le vieux-port. J'ai fait toute ma scolarité là-bas en passant notamment par l'établissement Notre Dame de la Major avant d'aller au lycée Victor Hugo à Saint-Charles. J'ai ensuite fait une fac science-économie à Colbert.


Comment avez-vous appris à jouer sur scène ? Avez-vous suivi des cours de théâtre ?

J'ai appris sur le tas à Marseille au Quai du Rire et au théâtre L'Antidote. Je faisais les premières parties de mon frère, qui est lui aussi un artiste, et j'ai démarré petit à petit. Après, j'ai quitté Marseille pour Paris. C'est là-bas que tout se passe avec les comédies clubs et théâtres.


Quel petit boulot avez-vous enchaîné avant de vivre de la scène ?

Aujourd'hui, j'ai la chance de vivre de ma passion. Ce n'était pas le cas avant où j'enchaînais plusieurs petits jobs chez Burger King par exemple en tant que serveur à Londres. J'étais parti en Angleterre pour apprendre l'anglais et pouvoir jouer dans cette langue sur scène. D'ailleurs, le mois prochain, je vais aller à Londres pour jouer au Comedy Store, c'est l'un des plus gros comédies clubs en Angleterre.

Et une envie de conquérir les Etats-Unis également ?

Oui, bien sûr. J'y étais en 2008. C'est super dur chez eux de s'imposer. Ils sont super forts et puis surtout, ce sont les rois du stand-up donc il existe une forte concurrence.


Actuellement, vous jouez votre spectacle « Redouane s'éparpille », quel sujet abordez-vous ?

Je raconte mon parcours, mes débuts à Marseille et mes déplacements à Londres, New-York et Paris.

Quelles améliorations avez-vous apporté dans votre écriture par rapport au premier spectacle ?

Plus on fait de la scène, plus on acquit de l'expérience. À Paris, tu as une fréquence, un rythme de scène. Tu joues tous les soirs alors qu'à Marseille, c'est qu'une fois par mois quasiment.

Quel est le meilleur conseil que l'on vous est donné ?

Le meilleur conseil pour un humoriste est de tout simplement s'enregistrer pour voir à quel moment tombent les rires et les moments où personne ne réagit.


Vous faites la première partie des concerts de BigFlo & Oli. Comment s'est présenté la collaboration ? N'est-ce pas trop difficile d'être face à un public qui s'apprête à chanter plutôt que rigoler ?

Ils sont venus me voir en spectacle et m'ont adoré. Ils m'ont donc proposé de faire une quinzaine de zéniths avec eux en première partie de leur concert. Il faut s'adapter car ils ont un public très jeune et c'est des salles toujours très bien remplies avec au moins 10 000 personnes. C'est une première partie de quinze minutes donc il faut être super bien rythmée, aller vite et être bon.

© Odieux Bobby

Récemment, vous avez vanné le défenseur Adil Rami. Qu'a-t-il pensé de votre prestation ?

Il a adoré. C'est une personne joviale avec un bon sens de l'humour. Il s'est mis au premier rang et le vanner faisait partie du jeu. C'était bon enfant et il a partagé sur ses réseaux sociaux. Et j'ai même eu le droit à un like de sa femme Pamela Anderson.

Quel place a le football dans votre vie ?

Je suis supporter de l'OM et dès que je le peux, je vais au stade Vélodrome. Dans mes spectacles, je ne parle pas trop de foot. Une fois, à Paris, ils m'ont invité pour le Classico au Parc des Princes. J'en ai profité pour faire une vidéo avec Nasser en lui disant « Allez l'OM ! ».

Redouane Bougheraba au côté d'Adil Rami

Combien de footballeurs vous soutiennent ?

Il y en a plusieurs. Cédric Bakambu qui joue en Chine. Franck Ribéry au Bayern. L'attaquant de Caen Malik Tchokounté. André-Pierre Gignac au Mexique. Après, il y en a d'autres qui ne joue plus comme Marc Libbra et Fabrice Abriel.


On revient à votre actualité artistique. Comment vous êtes-vous retrouvé d'un coup dans le milieu du cinéma ?

Quand on fait de la scène, on peut avoir la chance de jouer dans des films. C'est aussi une histoire de rencontres où certaines personnes peuvent penser à nous pour des projets de films. J'ai eu un tout petit rôle dans « Patients », ça s'est bien passé et du coup, j'ai fait « Taxi 5 » de Franck Gastambide. Et pour en revenir à mon actualité, au mois de février 2019, j'ai un rôle de professeur de sport dans le second film de Grand Corps Malade « La vie scolaire ». Je fais un clin d'œil d'ailleurs à mon ami André-Pierre Gignac dans ce film car je porte tout le temps des maillots de foot dont le sien du club des Tigres.

Redouane Bougheraba et toute l'équipe du film "Taxi 5"

Est-ce qu'il y a des personnes avec qui vous rêveriez de travailler ?

Ce serait plus avec des Américains. En France, les copains que j'apprécie et avec qui j'aimerais travailler de nouveau sont Alban Ivanov, Nawell Madani, Ahmed Sparrow et Charlotte Creyx par exemple. Ce sont tous des artistes confirmés.

Redouane sur scène avec Alban Ivanov et Jamel Debbouze

Préparez-vous un projet actuellement ?

Il y a le film « La vie scolaire » qui est actuellement en montage. Enfin, je vais partir en tournée très prochainement avec le « Circus Café » un peu partout en France.


Que peut-on vous souhaiter pour le futur ?

Que mon spectacle continue de marcher et un succès pour le film « La vie scolaire » l'année prochaine. »

Merci à Redouane Bougheraba pour sa disponibilité et sympathie

© 2018 par Samuel Massilia.