top of page

Saara Lamberg : "J'ai écris mes propres rôles."

Découverte à Saint-Tropez dans le cadre des 25 ans des Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes, la réalisatrice et comédienne Saara Lamberg présentait son dernier long-métrage The Lies we tell ourselves. Un projet audacieux qui nous immerge dans l'univers d'une artiste singulière, passionnée et cinéphile. Rencontre.



« Saara, tu es la réalisatrice du film The Lies we tell ourselves (Les mensonges que nous nous racontons). De quoi s'agit-il ?

Dans "Les mensonges que nous nous racontons", la vie imite l'art et l'art imite la vie. Une réalisatrice excentrique en plein essor se rend au Festival de Cannes, à Berlin, dans la campagne allemande, en Nouvelle-Calédonie, en Australie et en Angleterre pour créer son dernier film d'art et d'essai, et doit surmonter de nombreux obstacles avant de finalement réaliser sa vision. Des promoteurs qui essaient de la faire coucher avec les "bonnes personnes", aux stars échouées qui ont des demandes ridicules, des maquilleurs devenus dealers de coke, aux auditions nues sans invitation, le parcours de son artiste n'est jamais ennuyeux.


D'où vient ton envie d'être réalisatrice ?

J'ai toujours été metteur en scène et j'ai mis en scène mes premières pièces dans la cour de récréation avec mes frères et sœurs et mes cousins ​​comme acteurs. Puis, à l'école, j'ai écrit et mis en scène des pièces de théâtre. J'ai vu ma mère être une leader fabuleuse dans son travail de directrice d'école maternelle et je pense que cela m'a aidé. Elle était également une actrice et chanteuse intermédiaire et je l'ai toujours admirée dans ses activités. J'ai commencé ma carrière cinématographique professionnelle en tant qu'actrice, mais j'ai vite été frustré par les types de rôles principalement disponibles pour mon sexe : petites amies ou mères, ils n'étaient pas assez complexes et stimulants, alors j'ai commencé à écrire mes propres rôles.



Tu es née à Helsinki, en Finlande. Quelle place occupait le cinéma à la maison lorsque tu étais enfant ou adolescente ?

Je me souviens avoir découvert le cinéma principalement par moi-même, être allé voir toute seule des films insolites étant adolescente. Ma mère était très portée sur le théâtre et personne dans la maison n'était cinéphile. Mon père regardait des films grand public comme la série James Bond et The Police Academy. J'ai découvert certains films finlandais à l'école, comme le travail d'Aki Kaurismakis. Mais c'était surtout à moi de découvrir l'art du cinéma. Cela semblait être quelque chose de mystérieux, d'un autre monde, qui ne serait jamais possible pour quelqu'un comme moi de poursuivre une carrière. Cependant, grâce à mon intérêt pour le théâtre et les arts de la scène, je me suis intégré dans un groupe qui a également commencé à travailler sur des films et je suis devenu assistante-réalisateur sur un long-métrage à l'âge de quinze ans. J'ai également commencé à jouer dans des courts-métrages et j'ai très vite compris que le théâtre n'était pas ma vocation, mais j'adorais par-dessus tout le travail sur écran. Depuis, tous mes efforts de carrière ont été consacrés à bâtir une vie dans le cinéma, que ce soit en tant qu'actrice, réalisatrice, scénariste ou productrice.


À l’âge de dix-huit ans, tu as étudié au Dartington College of Arts puis tu as obtenu une licence en théâtre et pratique chorégraphique. Qu'as-tu appris ?

Mon parcours universitaire n’a pas été simple ni compliqué. J'ai postulé pour étudier le théâtre en Finlande, mais j'ai été refoulée à maintes reprises des auditions (il n'y a qu'une seule université principale pour étudier le théâtre en Finlande et leur nombre représente 0,14 % des candidats). J'ai réussi à me lancer dans l'étude des médias, ce qui n'était pas exactement ce que je voulais mais aussi très difficile à intégrer. Ainsi, j'ai acquis des compétences en matière de caméra, d'audio et de production, mais mon cœur désirait la fiction et la performance. J'ai alors postulé pour suivre un programme d'échange à l'université britannique Dartington College of Arts et j'ai été acceptée. Mon année d'échange à Dartington a changé ma vie, j'ai appris à regarder l'art avec un regard totalement nouveau, Dartington était avant tout une question de sortir des sentiers battus et de collaborations entre les formes d'art, remettant en question les conventions. Alors qu'en Finlande, on m'avait fait croire que je n'étais même pas assez bonne pour étudier le théâtre, j'étais désormais encouragée non seulement à jouer, mais aussi à créer du matériel à partir de zéro et à utiliser toutes les différentes compétences pour ce faire. J'avais l'impression qu'en Finlande, on m'avait fait croire qu'on ne pouvait faire qu'une seule chose et que c'était la seule chose pour laquelle on pouvait être bon, alors que Dartington cultivait des collaborations entre les arts et une approche globale beaucoup plus holistique. Cela m'a vraiment ouvert l'esprit car j'avais toujours été curieuse et compétente dans plus d'un domaine, donc avoir l'opportunité d'explorer et de cultiver ce polyartisme m'a libérée pour devenir l'artiste que je suis aujourd'hui. Sans Dartington, ma vie serait très différente. Je serais peut-être une journaliste frustrée en Finlande, incapable de réaliser mon potentiel et pas très satisfaite de mon travail.


Pour le public français, quelle présentation ferais-tu des cinémas finlandais et australien ?

Le ton des cinémas finlandais et australien est un peu différent, je pense. J'apporte avec moi de Finlande un humour très sec et noir et une vision du monde presque sombre, alors que la plupart des contenus australiens sont plus joyeux et un humour un peu plus burlesque. Il y a certainement plus de production cinématographique indépendante en Australie, mais ce n'est qu'une question de chiffres, je pense en raison d'une population plus importante. Je pense aussi que faire des comparaisons serait un peu injuste parce que je ne vis pas en Finlande depuis si longtemps maintenant, donc je suis un peu à l'écart de ce qui s'y passe actuellement. Je sais juste que pour une raison ou une autre, je n'ai pas eu l'opportunité que je souhaitais d'étudier et de cultiver en moi l'amour du cinéma. Il est intéressant de noter qu’Aki Kaurismaki non plus, il n’a jamais été accepté pour étudier le cinéma en Finlande et il est aujourd’hui notre réalisateur d’art et d’essai le plus connu.


Quel regard portes-tu sur le cinéma français ?

C'est pour moi une source d'inspiration, et cela tient en grande partie au financement et au soutien publics nécessaires à sa réalisation et à la garantie que les arts cinématographiques sont distribués et vus par le public. La culture du cinéma de soutien est phénoménale en France. De nombreux films artistiquement subtils et sophistiqués sont ainsi produits et des risques sont pris. C'est fabuleux à voir. Le festival, dirigé par Bernard Bories (Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes), a été essentiel pour moi en tant que cinéaste puisque M. Bories a présenté tout mon travail jusqu'à présent aux Cinéphiles de Saint-Tropez et de Cannes, et maintenant le dernier film également à l'ambassade d'Australie à Paris. Il suffit d’un seul passionné de cinéma et mécène des arts pour faire une différence dans toute la carrière d’un artiste et pour cela, je serai éternellement reconnaissante à M. Bories.


Quels sont tes prochains projets ?

Je suis en train de finaliser deux films : un long-métrage, Coma, et un autre de 40 minutes Conversations avec Spithead. Les deux sont des films parlants et semi-improvisés qui s'appuient fortement sur les performances et sont des « films parlants » plutôt que des films d'action. J'ai une soif sans fin de faire plus de films, de meilleurs films, plus importants, plus divertissants, qui toucheront un public plus large.


Pour conclure cet entretien, aurais-tu une citation fétiche à me délivrer ?

Si quelqu'un pense savoir exactement comment quelque chose se passe, courez et courez vite. Rien n’est noir ou blanc et il n’existe pas une seule bonne façon de faire les choses. Je dirais que cela s'applique à la plupart des choses de la vie, mais je le dis particulièrement lorsque de jeunes cinéastes me demandent des conseils sur la réalisation de films. Personne ne sait vraiment rien, tout le monde fait des estimations tout le temps. »

Comments


bottom of page