Antoine Delie : "J'aime être qui je suis."

Dernière mise à jour : 20 juin

Après un premier album soigné et remarquable, Antoine Delie déclare sa flamme au Plat pays avec un nouveau projet Made in Belgium. C'est ma vie est un EP aux cinq titres nostalgiques, coloriés par la douce et frissonnante voix de l'étoile brillante de la scène belge. À écouter sans modération...


© Thomas Braut

« Antoine, quelle a été l’impulsion de départ de ton nouvel EP C’est ma vie ?

La Belgique m’a ouvert les bras après la sortie de mon album Peter Pan. J’ai eu envie de le continuer avec des chansons mythiques d’artistes belges qui m’inspirent depuis tout petit. La Belgique est un pays musical reconnu. Je n’ai pas la prétention de dire que ce sont mes chansons, mais j’ai voulu les interpréter comme si c’était les miennes. J’ai beaucoup de respect pour les auteurs et compositeurs qui ont travaillé sur ces titres.


Salvatore Adamo s'invite dans le clip C'est ma vie. Chanter devant lui sa propre chanson, tu l'as vécu comment ? 

C’était dingue ! On lui avait envoyé la chanson après l’enregistrement. Il m’a répondu avec un message tellement gentil, ça m’a beaucoup touché. Salvatore a directement accepté mon invitation à participer au clip, malgré ses nombreuses occupations personnelles et professionnelles. Il a pris le temps et a été très sincère dans ses mots. Je t’avoue avoir eu une petite pression toute la journée avant qu’il n’arrive. J’ai eu cette même sensation en rencontrant Axelle Red lors de la première partie d’Ycare au Café de la Danse à Paris. Ce sont des personnes très humaines, adorables, il n’y a pas d’ego mal placé.



Avant The Voice, tu postais régulièrement des covers sur tes réseaux sociaux. Avec cet EP et ces reprises, c'est un petit retour aux sources ?

Oui c’est vrai. Les Covers m’ont permis d’être là où je suis aujourd’hui. J’ai repris ce défi de remodeler des titres à ma manière. C’était important pour moi de revenir aux sources avant de proposer un projet avec des titres originaux.


On pourra chanter avec toi tout au long de l’été entre la France et la Belgique…

J’aime ce rapport entre la scène et le public. La semaine dernière, j’ai chanté devant 30 000 personnes ! Après ce qu’on a vécu, ça fait tellement de bien de pouvoir vivre ça. Dans mes concerts, j’essaie d’amener toutes les émotions de ma personnalité. Je sais que parfois, je suis un peu bizarre (rires). Je passe très vite d’une émotion à l’autre. Je pleure et rigole beaucoup. J’aime être qui je suis et ce n’est pas prétentieux de le dire. Je peux m’assumer derrière un album et aller plus loin sur scène. C’est un moment précis sans filtres que j’adore. »