Belmondo par Jeff Domenech !

Pour la sortie du samedi soir, rien de mieux qu'un coup d'œil dans le rétroviseur du cinéma Français avec une soirée en hommage à sa plus grande légende : Jean-Paul Belmondo. Du documentaire Belmondo l'influenceur signé de son ami Jeff Domenech à la projection sur grand écran de Week-end à Zuydcoote, le cinéma l'Eden à La Ciotat sort ses habits de lumière pour une étoile qui brille dans le ciel.



Jeff Domenech sera là pour parler de son ami, « de l’homme exceptionnel qu’il a été ». Pour ce Belmondophile, « c’est un honneur de projeter mon film dans ce cinéma. J’y suis allé en 2017 avec Jean-Paul, au moment de l’expo à Marseille. Le cinéma l’avait invité avec Charles Gérard et ils ont fait un fauteuil avec le nom de Jean-Paul. » Vous aussi, pour quinze euros seulement, vous pourrez vibrer dans le plus vieux cinéma du monde !


Avec Belmondo l'influenceur, Jeff réunit un casting cinq étoiles : « sa fille Stella parle pour la première fois de son papa. » Richard Anconina et Sidiki Bakaba, partenaires de Jean-Paul Belmondo à l'écran, sont présents, accompagnés de la Bande à Bebel (Dupontel, Canet, Hazanavicius, Bob Sinclar) et de petits nouveaux « Les gens sont surpris de voir plusieurs générations parlées de Belmondo, notamment Kev Adams qui a tout juste 30 ans. J’ai beaucoup de retours positifs, ils retrouvent l’esprit de Jean-Paul. »


Ce documentaire traite avec un angle différent la carrière de l'As des As par ses témoignages, ses extraits de films et ses images d'archives, le tout imprimé par la musique du frangin Philippe, « on a travaillé en famille » et validé par le Boss « Jean-Paul a eu le temps de le voir et il a beaucoup aimé. Ça m’a beaucoup touché. »



Ce soir, Belmondo va retrouver sa maison de prédilection : les salles obscures. Après Belmondo l'influenceur, la bobine tournera Week-end à Zuydcoote d'Henri Verneuil : « ça fait partie des films que Jean-Paul aimait beaucoup. Il est très peu cité et ne passe pas souvent à la télé, c’est un très beau film de guerre. Christopher Nolan s’en est inspiré pour Dunkerque. Découvrez-le si vous ne le connaissez pas, c’est un des films préférés d’Albert Dupontel. Ce sera aussi l’occasion de le voir sur grand écran. »


C'est justement sur le grand écran que Jeff Domenech admirait son idole d'enfance avant de rencontrer l'un de ses anges gardiens, Georges Lautner, qui l'emmène sur le chemin de l'Homme de Rio. L'amitié entre l'ex-directeur d'un McDo et le roi du box-office s'installe et dure des années : « Jean-Paul avait une certaine pudeur. Il ne parlait pas beaucoup, on se comprenait d’un regard. Il savait qu’il pouvait compter sur moi, et je savais que je pouvais compter sur lui. Par son attitude, j’ai compris que je faisais partie de ses amis très proches. Il prenait de mes nouvelles, se souciait de moi, comme un véritable ami. C’est moi qui ai eu cette chance et ce privilège de le connaître, ce n’est pas l’inverse. »



S'il note chaque film qu'il va voir, Jeff Domenech est un réalisateur-auteur de talents et compte parmi ses camarades un bon nombre de comédiens actuels. Pour lui, « la différence entre une star et un acteur ? Une star, tu ne la vois pas souvent. À l’époque, pour voir Belmondo, il fallait se rendre au cinéma. Aujourd’hui, si tu veux voir un acteur, tu vas sur Instagram ou tu allumes la télé. Il n’y a plus de mystère ni de secret, c’est ce que dit d’ailleurs Guillaume Canet dans le doc. On n'allait pas voir un film, on allait voir un Belmondo, comme on va voir un Marvel. C’était une autre façon de faire du cinéma. Claude Lelouch m’a dit un jour : « Belmondo a un passeport de star, mais il ne s’en sert jamais ». Jeff a lui aussi l'humilité des grands.


Le gardien de la mémoire de Jean-Paul Belmondo est en route pour de nouvelles aventures, de son long-métrage « qui avance » à « un projet de livre avec Jacques Dutronc, comme je l'avais fait avec Claude Brasseur » et la préparation « d'un cinquante minutes sur la collaboration entre Pierre Richard et Francis Veber », Jeff Domenech continue à raviver la flamme du cinéma Français... pour notre plus grand bonheur.