Darren Muselet, gueule de cinéma !

Il ne laisse personne indifférent. Acteur physique qui déchaîne les passions, Darren Muselet est un jeune comédien qui à la tête sur les épaules, conscient que le cinéma n'est pas le métier le plus fixe au monde. Poignant dans « Jeunesse Sauvage », il se verrait bien dans le registre de la comédie, histoire de faire rire le public. Rencontre avec Darren Muselet, gueule de cinéma !

© SBY RPCO Photography

« Lundi est sorti en salles le film « Jeunesse Sauvage » de Frédéric Carpentier. Quel est ton rôle dans ce film ?

Je suis un peu la risée de la bande. Toute la bande craint Raphael et moi. Ma jalousie me surpasse et elle m’emmène à le trahir.


Comment t’es-tu préparé à incarner ce personnage ?

J’aime bien être seul pour me mettre en condition. En tant que comédien, on s’imprègne de la vie du personnage. C’est comme croire son propre mensonge. Il y avait une très bonne ambiance, les équipes ont préparé des activités pour les mineurs qui ne tournaient pas. Le tournage était bien organisé.


Quels sont les premiers retours que tu as pu recevoir ?

Je ne suis pas trop sur les réseaux sociaux, je mets une photo de temps en temps mais je vis à l’ancienne. Je préfère le contact humain. Même si j’ai un pied dans le cinéma, rien n’est acquis. On peut vite monter comme très vite redescendre. J'ai mon travail à côté, c'est important pour moi.



Ce n’est pas ton premier rôle au cinéma puisque l’on a pu te retrouver dans « Hors Normes » avec Vincent Cassel et Reda Kateb mais aussi dans « Mon frère ». Qu’est-ce qui te plait le plus dans le métier de comédien ?

J’évacue énormément quand je tourne. J’ai une rage au fond de moi, mes émotions me dépassent, je n’ai pas de juste milieu et j’en ai conscience. Je sais qu’au fond de moi j’ai une folie et avec ça je peux tout créé.


Quels sont tes futurs projets ?

J’ai passé des castings, j’attends une réponse pour « Germinal » de Zola, c’est un projet qui peut élargir ma palette même si ce n’est pas pour un rôle principal. Pour moi, tout est bon à prendre, le principal est que je puisse jouer.


Aurais-tu une citation fétiche à me délivrer ?

"Faîtes l’amour, pas la guerre".


Que peut-on te souhaiter pour le futur ?

Je vis au jour le jour, je ne me projette pas. J’aimerais partir sur de la comédie, qui change de l’ordinaire. J’ai envie de faire rigoler le public. Ce qui m’embête, c’est que je suis toujours sur le même registre, ce jeune de quartier défavorisé. »

© 2018 par Samuel Massilia.