Docteur H, un cocktail musical original !

Véritable artiste globetrotteur, Docteur H cumule déjà plusieurs milliers de vues avec ses titres « Señorita » et « KO » tournés en Colombie. C'est après le décès tragique de sa fille à la naissance qu'il décide d'entrer dans le monde de la musique qui a pour pouvoir selon lui de soigner les âmes blessées. Rencontre avec Docteur H, un cocktail musical original !



« Tu as démarré ta carrière musicale en 2016. Qu'est-ce qui t'a motivé à devenir artiste ?

C'est un événement malheureux puisque j'ai perdu ma fille qui avait à l'époque une semaine, elle venait tout juste de naître. Elle est morte d'une insuffisance cardiaque et ça a aurait pu me plonger dans le noir. Je fais de la musique depuis l'âge de 13 ans. J'ai composé des mélodies et écrit des textes, j'aime chanter et aussi faire du rap. Mais j'ai toujours fait ça en dilettante et le déclic a eu lieu en 2016 après ce décès. Je me suis dit que la musique allait m'aider, me soigner, me permettre de vider ma tête et surtout d'entrer dans un autre monde.


Tu vas faire la rencontre d'un studio musical à Paris qui va beaucoup t'aider dans la suite de ta carrière.

La même année, j'ai rencontré Hedayat qui est mon arrangeur son aujourd'hui. C'est un vrai génie de la musique qui est un très bon compositeur et il m'a accompagné sur tous mes morceaux.


As-tu suivi une formation en particulier ou directement sur le tas ?

On va dire sur le tas. Je viens de l'écriture car je suis un lyriciste à la base. Je ne joue pas d'un instrument mais j'ai quand même une certaine oreille musicale. J'arrive à bien reconnaître les notes et puis je sais ce qui est de la bonne musique.



Comment définirais-tu ton univers musical ?

Ma musique à moi c'est un cocktail de plusieurs styles musicaux. Je viens du hip-hop avec des influences françaises comme Oxmo Puccino, Kery James, Mc Solaar et des influences américaines telles que 2Pac et Biggie. Plus j'ai évolué dans ma musique, plus je me suis inspiré d'autres styles notamment des styles latino, reggaeton de Daddy Yankee ou la salsa d'Elvis Crespo. J'ai mis un peu de tout ça dans ma musique et ça se ressent aujourd'hui dans les nouveaux morceaux.


Tu as en effet différents styles musicaux. On peut passer d'un texte engagé avec « Legends » à un son plus ambianceur comme « Dangereuse Idylle ». Pour toi, quel est le pouvoir de la musique ?

Le pouvoir de la musique c'est de soigner des âmes blessées. C'est-à-dire partout dans le monde sans frontières peu importe la langue. Un hit comme « Despacito » est aimé par beaucoup de gens qui ne comprennent pas ce que le chanteur dit. Chaque morceau a sa vocation.


Les clips « Señorita » et « KO » ont été tournés en Colombie à Guatapé. Quels souvenirs gardes-tu de ce pays, de ce village situé à deux heures de Medellin ?

Le premier clip « Señorita » a été tourné en 2018 à Medellin. C'est un village classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. La Colombie est un pays magnifique avec des gens accueillants et des paysages époustouflants. C'est un pays que je ne connaissais pas avant 2018. J'y suis allé en vacances et je les ai même prolongés tellement j'ai aimé ce pays pour tourner un clip sur place. C'est un pays qui est au top et loin des clichés de Pablo Escobar, la violence et les enlèvements.



On ressent chez toi un véritable amour pour la culture d'Amérique latine.

C'est mon lieu de vacances préféré. Je suis allé au Brésil, à Cuba, deux fois en Colombie donc tout ce qui est culture tropicale j'adore. Je suis d'origine Béninoise, je vis en France depuis presque vingt ans maintenant et je trouve que la culture africaine et latino sont très proches.


Quels sont tes projets pour les mois à venir ?

Il y a plein de choses. Tout d'abord, j'ai un EP qui va sortir avec à l'intérieur les morceaux « Señorita » et « KO ». En plus de ça, il va y avoir quatre nouveaux singles qui sont déjà prêts dont un que je recommande vraiment « Talentosa » où je chante tout seul en français et en espagnol dans un style un peu reggae qui sortira au début de l'année prochaine. De manière générale, je suis souvent en featuring sur mes morceaux. Il y a aussi un clip qui va être tourné avec le même réalisateur et toujours en Colombie. On va essayer de changer de ville (rires). Et il y aura un concert avant février 2020 que je devais faire en décembre mais j'ai dû passer beaucoup plus de temps en studio que prévu pour peaufiner mon travail. Un album est prévu. On commence par un EP et puis on verra ce que ça donne. J'ai beaucoup de retours positifs avec une vraie communauté derrière moi qui me soutient et qui me demande des concerts et des live.


Que peut-on te souhaiter pour le futur ?

Beaucoup de succès, des nouveaux morceaux et que mes clips puissent passer à la télé et en radio et surtout de pouvoir faire des concerts car il n'y a rien de mieux que de faire des live. »


Inscris-toi pour ne rater aucune interview !

© 2018 par Samuel Massilia.