Liam, accroché à la musique !

Il écoute beaucoup de musiques et prend son temps pour créer un titre. Quand Liam balance son nouveau single, ça fait souvent du bruit, en témoigne les morceaux I Feel, Little Love et plus récemment Ma Donna, synonyme de maturité pour ce jeune artiste reconnaissant de la fidélité de ses fans, qu'il aime rencontrer et faire vibrer sur scène. Rencontre avec Liam, accroché à la musique !


© Audreybieberphotography

« Ton dernier single Ma Donna aux sonorités latines et pop américaine évoque l’amour dans un cadre idyllique…

On a tourné en Corse, à Ajaccio, ça a été une super expérience avec une très bonne équipe. Ma Donna est un vrai titre d’amour et c’est ce que j’aime faire. On a tous une donna (ma femme en italien) dans notre vie. Cette femme me donne envie de me surpasser, je le dis dans les paroles : « Pour ma reine je serai soldat, armé j’irai au combat. » Je fais passer mon bonheur après le sien. On a toujours un coup de foudre comme celui-là. Je reçois de nombreux messages de soutien. On me dit qu’il y a beaucoup plus de maturité dans la sonorité. C’est moins électro et plus organique.


En parlant d’amour, comment est né ton désir de faire de la musique ?

J’ai grandi avec la musique, pourtant personne n’en fait dans ma famille. Petit, j’écoutais beaucoup de musiques, des Bee Gees à Ed Sheeran. Écouter de tout m’inspire énormément. En 2017, j’ai eu l’opportunité de faire une reprise de Justin Bieber, un producteur m’a repéré et de fil en aiguille on a fait deux, trois titres et on a signé en maison de disques. C’était comme dans un rêve ! Je n’aurai jamais pu imaginer sortir un single comme I Feel ou Little Love. Je suis super bien entouré et c’est ce qu’il faut.



I Feel est un gros succès avec de nombreuses diffusions radios et télés. Et pourtant, après ce tube, tu décides de poursuivre tes études…

Avec I Feel c’était incroyable, je recevais des messages de partout. J’étais très surpris de tous ces retours positifs, parce qu’à la base, moi, je chante dans ma douche (rires). Mais j’ai toujours eu du recul par rapport à ça, je ne me suis pas pris la tête. Mes études me permettent d’apprendre plein d’autres choses. C’est aussi pour ma culture personnelle et faire plaisir à mes parents. Continuer les études me tenait à cœur. Parfois, j’étais en cours la journée et en concert le soir, c’est original (rires).


Comment s’est passé ton premier rapport avec le public sur scène ?

Pour être honnête, je l’appréhendais et c’est normal. Il y avait du stress, de l’excitation et du plaisir. Cette proximité avec le public je ne pourrais pas te la décrire tellement c’est incroyable. J’ai eu l’opportunité de faire la première partie des Kids United et c’était magnifique. Quand tu passes à plus de dix concerts, tu prends plus de confiance. C’est un kif.



Avec quel artiste aimerais-tu avoir une discussion sur le métier ?

Je suis vraiment fan de Justin Bieber. Je l’ai toujours soutenu, il sort tube sur tube. Il y a aussi Maluma que j’aime beaucoup. Si je pouvais mixer les deux, ce serait le rêve.


Malgré toutes ses influences artistiques, tu as ta propre identité musicale, c’est le plus dur à trouver…

On est tous différents, on a chacun notre voix. Pour moi, la musique c’est subjectif. J’accepte les critiques, on ne peut pas plaire à tout le monde. Il y a tellement d’artistes qu’il y en a pour tous les goûts.


Quels sont tes prochains projets ?

Je continue de travailler en écoutant pas mal de prods. Je prends mon temps même si tout est en marche.


Aurais-tu une citation fétiche à me délivrer ?

Ne rien lâcher et toujours croire en ses rêves. Tout le monde peut y arriver. Tout est possible avec beaucoup de travail. Quand un titre sort, on ne sait pas trop ce qu’il y a derrière. On ne claque pas des doigts et on sort I Feel, c’est beaucoup de travail. »