top of page

Ludovic Louis : "Cet album est festif."

Après son premier album Rebirth, Ludovic Louis poursuit son mélange de cultures pour offrir If Everything is Written. Un entertainment pour inciter à la rejoindre dans sa quête d'une vie belle, à qui veut la voir. Nostalgique, positif, les perspectives heureuses parfument ce nouvel album, à l'image de son auteur : humble et enjoué. Rencontre.


© Randy Gist

« Ludovic, ton nouvel album If Everything is Written est dans les bacs et sur toutes les plateformes de streaming. Pour toi, quelle est la couleur des douze titres qui le composent ?

Il y a un peu de variété dedans. On retrouve forcément de la couleur caraïbe, du jazz, de la funk, de la soul, du zouk, de l’afrobeat, des sonorités qui m’animent depuis le départ. J’ai eu envie de retransmettre ça comme une continuité du premier album, Rebirth.


Où as-tu enregistré l’album ?

Toute la partie rythmique a été enregistrée à Paris, au studio Soult (par Joris Pinard). Mes trompettes et mes voix, je les ai enregistrées en Martinique, avec Gilles Pastel. La voix de l’actrice Rossy de Palma, pour le titre Le Temps, a été enregistrée en Espagne. Le studio d’enregistrement, c’est mon sanctuaire. C’est un endroit où, avec mes amis, on se laisse aller dans la création. On réarrange quand un enregistrement n’est pas ce que je souhaite.


À quel moment sais-tu que ton projet est terminé ?

Quand je le laisse entre les mains de Pete Min, l’ingénieur son avec lequel j’ai eu l’occasion de travailler avant. Quand il a le bébé entre les mains, c’est terminé pour moi.


© Mathieu Bitton

De ton premier album Rebirth sorti en 2021 à celui-ci, qu’est-ce qui a changé dans ta façon de composer la musique ?

Je n’avais pas l’habitude de me retrouver derrière « les manettes » et de tout contrôler. C’était nouveau pour moi. Pour If Everything is Written, ça a été beaucoup plus fluide. En studio, j’avais déjà ma feuille de route dans la tête. À chaque enregistrement, je savais ce que je voulais entendre ou non.


Quelles sont tes prochaines dates ?

Les 14 et 15 juin prochains, je serai au Duc des Lombards. Cet été, je jouerai aux Sables-d'’Olonne le 12 juillet, chez moi au Havre le 21, à Montpellier le 31 août et à La Maroquinerie le 7 octobre.


Quand on est artiste, on pense plus au passé, au présent ou au futur ?

Bonne question ! (Rires) Personnellement, je suis plus attiré d’aller vers l’avant. L’album est sorti, j’ai une espèce d’excitation pour savoir comment il va être perçu par le public. Ça me donne envie de préparer un show encore plus poussé que les précédents.


Sur scène, tu ressens quelle énergie ?

J’adore ! Dès que je pose le pied sur la scène, je suis dans mon élément, c’est mon terrain de jeu. Mon but est de voir le public passer un super moment, que ce ne soit pas juste un concert sans interactions. Je veux faire la fête avec les gens, qu’ils dansent, chantent et communient avec les musiciens et moi. Je m’amuse beaucoup avec mes gars. La musique, c’est du partage. Pour que le public le ressente, je dois en avoir avec mes potes sur scène. »



Comments


bottom of page