Manuel Chiche, le cinéma dans les veines !

Après des études de cinéma à Aix-en-Provence, Manuel Chiche décolle pour la capitale. Face à la dure réalité de ce milieu, il monte les échelons et fonde The Jokers, sa propre société de production et de distribution de films. En février dernier, il récupère le César du meilleur film étranger pour son ami Bong Joon-ho pour « Parasite ». Rencontre avec Manuel Chiche, le cinéma dans les veines !


© La Rabbia

« Comment s'est passé votre confinement ? Avec ma société de production, on a lu pas mal de projets même s'ils deviennent assez hypothétiques à cause du manque de visibilité sur les reprises des tournages. Quand est-ce qu’est née chez vous cette fascination pour le septième art notamment le cinéma asiatique ? Depuis tout petit. J’avais des parents très cool qui me laissaient regarder la télé un peu quand je voulais. J’ai vu beaucoup de films et je rêvais d’être réalisateur. En sortant du lycée, j’ai fait la Faculté d’Aix-en-Provence dans la section cinéma. Ensuite, je suis parti à Paris faire une licence Maîtrise. Je travaillais aussi pour une petite société de documentaires qui était à Marseille sur le Cours Lieutaud. Je me suis dit que je boufferais tout à Paris et puis je me suis retrouvé à faire le service dans un hôtel à Montparnasse. Ça calme assez vite. J’avais beaucoup d’arrogance très jeune, je refusais pas mal de job de deuxième ou troisième assistant en disant que ce n’était pas pour moi. Et je me suis retrouvé comme un con (rires). Derrière, j’ai fait vendeur de vidéo-cassettes dans les supermarchés