top of page

Rayane : "L'art est l'un des moteurs de ce monde."

Rayane, chanteur et acteur en devenir, régale la toile avec ses happenings qui éveillent les consciences, en musique, sur les problèmes de notre société comme le harcèlement scolaire, l'isolement ou encore le racisme. Dans un style pop urbain, Rayane écrit de son côté, puis mélange les idées avec son producteur pour ensuite passer au studio d'enregistrement, où la magie opère pour cet audacieux artiste à suivre de très près... Rencontre.


© By_dimeh

« Rayane, ton dernier clip Petite Étoile est disponible sur Youtube. Comment est né ce titre ?

Je l’ai écrit dans ma chambre, dans une journée où j’étais un peu plus inspiré que d’habitude. Je ne me sentais pas forcément bien avec moi-même à ce moment-là. Ce son est très introspectif, il me ressemble énormément, c’est le premier où je parle vraiment de moi. Cette retrouvaille entre l’enfant que j’ai été (incarné par mon petit frère Nahïl) et l’adulte que je suis fait la complexité du clip.


Le clip, comme celui de Trop Souvent, a une dimension cinématographique…

J'ai rencontré mon équipe au casting d'une série qu'ils réalisaient, j'ai postulé puis en chantant en studio d'enregistrement ils ont voulu travailler avec moi. Pour Trop Souvent, ça a commencé par un Tik Tok pour dénoncer le harcèlement de rue subi par beaucoup de femmes aujourd'hui. Face à l'engouement de ce titre, on a décidé de sortir un clip. J’y ai rencontré deux acteurs talentueux, Mickaël Migliorini et Nelly Jill. Mon producteur a eu l’idée de rajouter tous ces aspects cinématographiques.



Tu t'es fait connaître avec des happenings sur les réseaux sociaux. Comment est venue cette idée ?

Je suis en développement avec le label 24/7 et on cherche un moyen de créer notre fan base. Suite à un brainstorming, on s’est lancé avec une première vidéo sur une rupture amoureuse. Les gens étaient à fond et on a trouvé ce moyen plus ludique et artistique, adapté au format Tik Tok, pour défendre certaines causes.


D’où te vient cette fibre musicale ?

Je faisais beaucoup de musique, de sketchs aussi, avec mon petit frère pour rigoler. Mes parents ne sont pas chanteurs, il n'y a pas d'artistes dans ma famille. Je suis quelqu'un avec beaucoup d'idées, j'aime défendre des causes importantes et la musique est actuellement le meilleur moyen pour faire passer le plus d'idées. Tout le monde en écoute. C'est grâce à mon meilleur ami que je me suis mis à faire de la musique. Pour l'acting, qui me passionne depuis toujours, je n'ai pas encore suivi de cours de théâtre mais j'ai fait des concours d'éloquence. Ça m’a beaucoup aidé. J'aime me mettre en jeu devant les gens. Pour moi, l'art est l'un des moteurs de ce monde.



Quels sont tes prochains projets ?

Mon dernier single Que toi, en relation aussi avec un happening, est disponible sur toutes les plateformes de streaming. Actuellement, je prépare mon premier EP sous forme de trilogie cinématographique : l’histoire d’amour entre un homme et une femme qui va virer au drame.


Pour conclure cet entretien, aurais-tu une citation fétiche à me délivrer ?

« Je pense, donc je suis. » C’est ce qui me définit le plus. Au début, le regard des gens jouait sur ma personnalité. Petit à petit, je me suis détaché de cette image-là. Et je me suis dit qu’il n’y avait pas de raison que je ne puisse pas réussir à accéder à mes rêves les plus fous. »

Comentarios


bottom of page