Virgilia Giambruno, la reine de l'humour 2.0

C’est à l’âge de 6 ans, grâce à la danse, que Virgilia Giambruno s’est découvert une passion pour la scène. Après des années de formation aux méthodes d’acting, elle écrit et réalise sa première web-série « Une fois, pas 2 » dont elle tient le premier rôle. Son enseignement, son engagement et son empathie accompagnent son quotidien d’actrice. Rencontre avec Virgilia Giambruno, la reine de l’humour 2.0.

©Krikor

« Comme votre amie Sabrina Nouchi, vous avez commencé dans le milieu artistique en écrivant votre propre histoire. Aujourd'hui, vous avez tourné la saison 2 d'« Une fois, pas 2 », avez-vous été satisfaite du résultat de la première saison ?

J'ai été très satisfaite surtout que j'ai un peu la même histoire que Sabrina. Je suis sortie de l'école en me disant que si je veux tourner, il va falloir que je me débrouille un petit peu et que je mette la main à la pâte. Du coup, j'ai écrit cette série de manière indépendante également. On a une super histoire.


Votre série a pris une grande dimension avec des diffusions sur MYTF1, NT1 ou encore MCE, la saison 2 sera-t-elle en exclusivité sur Youtube ?

Pour le moment oui. Je n'ai pas eu trop le temps de m'en occuper. J'ai lancé une chaîne Youtube, il faut savoir que quand on travaille sur le web, il faut du contenu régulièrement. J'avais vraiment envie de faire la saison 2 et si je la lançais, il fallait du contenu en plus sinon vous n'êtes pas très bien répertoriée.

L'épisode 2 de la saison 2 d'"Une fois, pas 2"


Théâtre (Maison Close Particulière), publicité (Bacardi Monde), cinéma (Attachez vos ceintures) et télévision (Overdrive). Vous avez le talent d'être omniprésente dans le cercle intime de l'audiovisuel, mais où vous sentez-vous le mieux ?

J'aime beaucoup le cinéma et le web parce que c'est très immédiat et on a beaucoup moins de temps donc on travaille dans une espèce d'urgence. On a besoin de proposer beaucoup de contenu. Mais le cinéma, c'est ce que je préfère.

En 2017, vous êtes un doublage Français et Italien dans le film « Overdrive » d'Antoine Negret avec Scott Eastswood en tête d'affiche. C'est une expérience que vous acceptez sans hésitation ?

Oui, sans aucun problème. On est venue me chercher. C'est un petit rôle même si je n'avais jamais fait de doublage auparavant. J'ai beaucoup aimé. Après, c'est un milieu difficile d'accès donc oui, c'était une belle expérience.


En attendant de vous voir dans le long-métrage « Juste une mise au point » de Sabrina Nouchi, vous ouvrez en sa compagnie une école d'acteurs à Marseille. Vous voulez retransmettre plus de 20 ans de métier à des jeunes dont la vocation semble se diriger vers le cinéma ?

On veut créer une école vraiment dédiée aux gens qui veulent être acteur professionnel. Notre but, c'est qu'il sorte de l'école avec tous les outils en main pour travailler dès la fin de leur formation.

83, rue Marengo 13006 Marseille - La Fabrique de l'Acteur ©Samuel Massilia


Comment avez-vous convaincu des masterclass (Moussa Maaskri, Fabienne Carat) à rejoindre votre enseigne ?

Je pense que l'idée d'école se démarque vachement parce que l'on a envie d'enseigner le développement personnel, la bienveillance. On veut en faire des vrais acteurs. Nous, on est réalisatrice et on connaît l'autre partie du décor. On veut vraiment former des acteurs à tous les niveaux, que ce ne soit pas juste des comédiens avec un ego. Ils devront être polyvalents et autonomes. Et c'est cette idée qui plaît à nos masterclasses pour venir à cette école. Et puis je pense aussi que c'est une envie propre à eux-mêmes d'apporter de leur expérience.

Une partie des masterclasses : Moussa Masskri, Eric Delcourt et Fabienne Carat


Ils viendront de manière régulière ?

Ils seront présents chacun une fois par mois et notre but est de faire connaître à nos élèves le plus de personnes possibles.


Que peut-on vous souhaiter pour le futur ?

Que l'on est plein d'acteurs qui s'inscrivent à l'école, que l'on réalise plein de films et que l'on joue dedans aussi (rires). »

Merci à Sabrina Nouchi et Virgilia Giambruno pour leur disponibilité et leur sympathie

© 2018 par Samuel Massilia.