Anne Bernex, dans l'air du temps !

C'est en tant que chanteuse qu'Anne Bernex a commencé sa carrière artistique. En effet, lorsqu'elle travaillait pour les croisières de luxe de la compagnie TMR, les passagers ont eu un véritable coup de coeur pour ses parodies musicales, ce qui lui a donné l'envie et la motivation d'écrire son propre spectacle. Mise en scène par l'animateur Alex Goude, on la retrouvera cet été au festival d'Avignon. Rencontre avec Anne Bernex, dans l'air du temps !



« Vous jouez actuellement votre spectacle « Dans l'air du temps ». C'est un one-woman-show que vous reprenez après l'avoir joué de 2011 à 2015. Y avez-vous apporté des améliorations, des modifications ?

La première version était vraiment basée sur la libido féminine et comme j'ai grandi entre-temps, je suis devenu un peu plus mûre (rires). J'ai eu envie de rajouter des choses comme sur les écrans qui nous rendent tous égocentré avec des selfies toute la journée.


Spectacle mis en scène par Alex Goude. Comment vous êtes-vous rencontré ?

Je suis niçoise et quand je suis monté à Paris défendre mon spectacle, je me suis aperçu qu'il avait besoin d'un petit coup de rafraîchissement avec l'oeil d'une personne parisienne. On me disait souvent que mon one-woman-show sentait la province. Avec la production, on est allé voir Alex pour lui proposer de venir me voir pour éventuellement me mettre en scène. C'est un Peter Pan qui n'a pas grandi. Il est dans un monde où tout est possible.


Vous a-t-il donné des conseils sur votre façon d'être sur scène ?

Oui, il m'a coaché car j'étais assez désordonnée. Il m'a appris à gérer ma gestuelle et pour certaines chansons, il m'a fait bosser avec un chorégraphe. Quand on fait beaucoup de spectacles notamment toujours le même, on peut prendre des tics etc.


Connaissiez-vous son parcours médiatique ?

Oui, j'étais même amoureuse de lui (rires). Je suis très contente de travailler avec lui. C'est un gros bosseur.


Dans votre spectacle, on y retrouve beaucoup de chansons. C'est dans la musique que vous avez démarré votre carrière artistique ?

En tant qu'artiste, j'ai commencé comme chanteuse avec un groupe dans lequel nous revisitions des comédies musicales dans des pianos-bars et cafés-théâtres. Ensuite, je suis parti à Marseille pour faire les croisières de luxe de la compagnie TMR qui partait du port. Toutes les semaines, pendant des mois, on faisait tout le bassin méditerranéen et je chantais sur le bateau.


Ce n'était pas des parodies comme on peut en retrouver dans votre spectacle ?

Non, c'était sérieux. Comme la moyenne d'âge était de 75 ans, je faisais beaucoup de musettes.



Pourquoi cette reconversion dans l'humour ?

C'est lors d'une croisière que j'ai fait la parodie de trois chansons et les gens étaient explosés de rire. Je me suis dit qu'il fallait que j'écrive un spectacle d'humour avec des chansons. Je l'ai écrit en quatre mois et j'ai fait ma première date à Cannes cinq mois après.


Avez-vous eu des influences humoristiques ?

Non pas vraiment même si j'adorais Florence Foresti, Muriel Robin et Sylvie Joly. Mais un mois avant l'écriture de mon spectacle, je n'avais jamais pensé être humoriste. Ça s'est vraiment décidé le jour même où j'ai vu ces gens assis en face de moi qui étaient morts de rire. Aujourd'hui, je n'ose plus trop regarder ce que font les autres car j'ai peur de les imiter.


Pendant quatre ans, vous avez interprété en alternance le rôle de Stéphanie d'Humilly de Malanpry dans la comédie à succès « Le clan des divorcées » d'Alil Vardar. Quels souvenirs en gardez-vous ?

C'est une bourgeoise très coincée qui de temps en temps pète des câbles. J'ai joué pendant quatre ans dans cette pièce à Paris. C'est très populaire avec énormément de vannes, ça rit toutes les secondes. Je me suis régalé.


© Joy Lebonreflex

Cette pièce était une première pour vous au théâtre ou aviez-vous déjà vécu d'autres expériences sur les planches ?

J'avais écrit des comédies que j'avais jouées mais comme « Le clan des divorcées » avec une grosse production c'était la première fois.


Avez-vous d'autres projets pour 2019 ?

Je serais au festival d'Avignon cet été et je compte sur le public pour avoir un coup de cœur afin de programmer par la suite une tournée. J'ai aussi l'envie d'en écrire un autre. Celui que je joue actuellement est basé sur un thème qui me plaît mais j'ai grandi depuis et j'ai vraiment envie de parler de sujets plus ou moins sérieux. Je repars du côté de Nice pour retrouver le soleil et je vais me mettre à l'écriture.


Que peut-on vous souhaiter pour le futur ?

Une longue vie à mon spectacle « Dans l'air du temps » et pourquoi pas faire du cinéma.

Deviens membre du site pour ne rater aucune interview !

© 2018 par Samuel Massilia.