Hanna Oldenburg, l'étoile du nord !

Elle a grandi dans une petite île de Suède. En jouant avec les chevaux dans cet archipel situé à l'extérieur de Stockholm, Hanna Oldenburg galope a toute vitesse. Mais c'est comme actrice, réalisatrice et productrice qu'Hanna s'est fait un nom dans le cinéma Suédois. Débordante d'imagination, elle guide ses comédiens avec le sentiment d'instinct. Rencontre avec Hanna Oldenburg, l'étoile du nord !


© Robin Skjoldborg

« Tu as fondé ta carrière d’actrice, de productrice et de réalisatrice au cours de plusieurs années d’études à Brisbane en Australie et à Los Angeles aux Etats-Unis. Comment est né ton intérêt pour le milieu audiovisuel ?

J’ai toujours eu une imagination débordante, j’adorais créer des histoires et des peintures. Une fois que j’ai essayé le théâtre, j’ai trouvé une nouvelle façon de faire de l’art en utilisant mon corps. Puisque j’aime la partie visuelle de l’art, jouer dans des films et créer ses propres films est pour moi la forme ou l’art parfait qui les combinent tous. Vous jouez avec l’histoire, le son, la musique, les sentiments, le mouvement, le symbolisme.


Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le cinéma ?

La possibilité de voir la perspective et la perception de quelqu’un d’autre de sa civilisation et du monde dans lequel nous vivons, pendant un moment. Cela vous donne une plus grande compréhension et une plus grande empathie pour les autres personnes et cultures. C’est aussi un moyen de faire avancer votre imagination, de vous inspirer et de vous divertir.


© Robin Skjoldborg

Comment prépares-tu tes rôles ?

Je lis d’abord plusieurs fois le script, jusqu’à ce que je commence à ressentir un lien avec le personnage. Je lis les lignes à voix hautes de toutes les manières possibles. J’examine les scènes et les mots comme une détective, essayant de trouver les indices des intentions et de la personnalité de mes personnages, de son état d’esprit. Il y a des éléments qui ne sont pas dans le scénario et qu'il faut inventer.


Je pense à la posture, à la voix et à la personnalité de mon personnage, je m’inspire de ceux qui m’entourent, j’étudie les gens, je saisis des morceaux que je trouve intéressants et je les mets tous en un. J’utilise souvent la musique pour trouver l’état d’esprit de mon personnage, en sélectionnant des chansons qui ressemblent à ma perception du film, et de certaines scènes. Je crée des listes de lecture que j’écoute tout au long du processus et je les joue le matin avant d’aller sur le plateau.


Quand tu es derrière la caméra, quelle émotion souhaites-tu faire passer à travers tes acteurs ?

Le sentiment d’instinct avec des vraies personnes qui réagissent instinctivement à ce qui leur arrive à l’écran.


Comment diriges-tu tes comédiens sur un plateau de tournage ? Tu as une méthode particulière ou ça se fait au feeling ?

Au début, je les laisse jouer la scène sans aucune direction, juste pour voir ce qui se passe. Peut-être qu’ils auront une approche différente de la scène à laquelle je n’ai pas pensé. Puis je me demande « Est-ce que je crois en ça ? », « Est-ce crédible ? », « Que dois-je changer pour le rendre crédible ? », et puis j’ajoute ou supprime des choses ou des détails, et je recommence jusqu’à ce soit crédible.


© Sahar Amini

Dans la peau de productrice, qu’est-ce qui fait qu’un projet va plus te convaincre qu’un autre ?

Un projet qui est clair sur ce qu’il veut être et ce qu'il est. Un bon exemple de ça est la série Breaking Bad, un professeur de chimie diagnostiqué avec un cancer du poumon inopérable se tourne vers la fabrication et la vente de méthamphétamine afin d’assurer l’avenir de sa famille. Le script doit être bien écrit avec des personnages en trois dimensions, des dialogues intrigants et une sensation de fraîcheur et d’excitation.


Le cinéma Suédois propose des fictions créatives de qualité avec un humour marqué. Quelle place à cette industrie en Suède ?

Le cinéma est bien intégré dans la culture suédoise et les cinéphiles sont bien versés et sophistiqués. Nous sommes fiers de nos réalisateurs tels que Roy Anderson, Ingmar Bergman, Ruben Östlund, Lukas Moodyson, Pernilla August, Lasse Hallström, Tomas Alfredson. Nous avons aussi beaucoup de jeunes cinéastes prometteurs qui sont très intéressants, dont beaucoup sont des femmes.


As-tu un œil sur notre cher cinéma Français ?

Oui, j’adore le cinéma Français ! Des réalisateurs comme Abdellatif Kechiche, Claire Denis, Michel Hazanavicius et Jean-Luc Godard m’inspirent. Les actrices Isabelle Huppert et Juliette Binoche sont également très inspirantes.



En dehors du septième art, tu as concouru professionnellement avec l'Équipe nationale de Suède en tant que cavalière de saut d’obstacles.

J’ai grandi sur une petite île de l’archipel, dans la campagne, à l’extérieur de Stockholm. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire que de jouer avec les chevaux, c’était donc très naturel pour moi d’être constamment avec des animaux. J’ai toujours aimé les chevaux, et il y a un sentiment tellement génial quand on commence à devenir vraiment bon dans quelque chose.


J'aime cette sensation de galoper le plus vite possible ou se diriger vers un grand saut à 1m60. Pour gagner il faut prendre de gros risques, sachant que si vous faites une erreur, vous vous écrasez et vous blessez. Ça vous donne un vrai coup d’adrénaline. C’est une sensation incroyable, comme conduire une Ferrari. J’ai le même sentiment en agissant devant la caméra, quand on se connecte vraiment avec le personnage et que vous pouvez simplement être dans le présent maintenant. La concentration requise et tout ce qui vous entoure disparaît.


© Michael Bezjian

Quels sont tes futurs projets ?

J’ai signé pour jouer le rôle principal dans un long-métrage très excitant qui s'appelle « Black Lake » cet automne. C’est un drame très sombre où je joue une femme qui tente de sauver l’hôtel délabré de sa mère dans le parc national d’Abisko, dans le nord de la Suède, après que sa mère ait contracté Alzheimer. Elle a des difficultés financières et physiologiques après avoir été abusée sexuellement par son père. Elle va tomber amoureuse et commence une relation interdite avec quelqu’un avec qui elle ne devrait vraiment pas être impliquée. Ma prochaine première à venir est le nouveau film de Ruben Östlund « Triangle of Sadness ». Ce fut un privilège et un honneur de travailler avec un réalisateur aussi génial, avec une attention extraordinaire aux détails.



Aurais-tu une citation fétiche à me délivrer ?

Enlève tes mains mon garçon du lobby. M. Gustave (Le grand Budapest Hotel par Wes Anderson).


Que peut-on te souhaiter pour le futur ?

J’espère avoir la chance de travailler en France. J’adorerais jouer dans des films français un jour, c’est pourquoi je me suis inscrite à des cours de français. N’hésitez pas à me contacter ! »

© 2018 par Samuel Massilia.